Bonheur ou malheur, chance ou malchance ?

Peut-on prévoir le bonheur et le malheur ? Voici une courte histoire chinoise qui conclut qu'il ne faut pas se fier aux apparences.

Taichi magazine

Au sujet du vieil homme des steppes qui avait perdu son cheval, qui peut savoir si c’est de la chance ou de la malchance ?

 

Il était une fois un vieux chevalier qui vivait dans les steppes. Un jour, l'un de ses chevaux s'enfuit et les voisins le plaignirent pour sa perte. Le vieil homme des steppes dit : « Ce n'est pas nécessairement une mauvaise chose. »

Quelques mois après, son cheval disparu revint accompagné d’un très beau cheval. Les voisins vinrent le féliciter. Le vieil homme des steppes dit calmement: « Ce n'est pas nécessairement une bonne chose. »

Ayant un bon cheval à la maison, le fils du vieil homme, qui adorait l’équitation, fit une abominable chute. Résultat, il eut la jambe cassée. Les voisins du vieil homme vinrent le consoler. Le vieil homme des steppes dit calmement: « Cet accident n'est pas nécessairement une mauvaise chose. »

Un an après, le pays fut envahi par le royaume voisin. Tous les jeunes hommes du royaume furent appelés à s'enrôler dans l'armée. Neuf sur dix moururent, mais le fils infirme échappa à la guerre. Le père et le fils étaient sains et saufs. Donc le bonheur peut devenir malheur et inversement, les retournements de situation sont sans fin et difficiles à prévoir.

 

Texte original en chinois :

塞翁失马焉知非福,塞翁得马焉知非祸

 

近 塞上之人,有善术者,马无故亡而入胡,人皆吊之。其父曰:‘此何遽不为福乎?’居数月,其马将骏马而归,人皆贺之。其父曰:‘此何遽不为祸乎?’家富良马,其子好骑,堕而折其髀,人皆吊之。其父曰:‘此何遽不为福乎?’居一年,胡人大入塞,丁壮者引弦而战,近塞之人,死者十九,此独以跛之故,父子相保。故福之为祸,祸之为福,化不可极,深不可测也。”

 

Partagez cet article !

Cet article vous a plu ? N'hésitez pas à le partager !

Écrire commentaire

Commentaires : 0